Grottes, poème de Clotaire Saint-Natus

Texte du poème

Grottes,
 
berceaux ardents d’archives et de légendes blotties
dans l’histoire des hommes mettant en scène
stalactites épinglées d’eau et,
stalagmites frangées de calcite et d’aragonite,
O colonnes,
parois et plafonds, voutes et contreforts
affolés d’échos et de résonance ;
 
Grottes,
parentes des sources retentissantes d’eau,
lieux inexprimables imprégnés d’extase et de paix
enrobées dan la calotte de ma planète terre ;
 
Grottes,
cathédrales sans religion aucune,
gardiennes intemporelles de vies accumulées
propageant mon ile ;
et tes perles de caverne et tes draperies ont l’éclat des miroirs
qui redisent le kaléidoscope des vitraux ;
 
Grottes, ô grottes, voici le spéléologue,
puisse-t-il mettre à jour tes mémoires
sans garde-fou trop livrées aux enchères.
Et la terre finira par mettre le cap sur l’HOMME
dans ce monde pénétré de civilisation.
 
Grottes, vous êtes donc poésie,
Poésie sortie vivante des bassins, que-dis-je, des gours du poème.
 
ô Grottes.

courtoisie : Fondation Lise Antoine Saint-Natus
Auteur : Clotaire Saint-Natus

français